La Vallée du Fournel, une superbe balade, très accessible et peu fréquentée

 

La Vallée du Fournel c’est un peu notre vallée secrète. Même en pleine affluence estivale on n’y croise pas grand monde, ce qui lui confère un côté sauvage bien appréciable.

Accessoirement, on y trouve la plus importante réserve alpine du magnifique chardon bleu, également appelé Panicaut des Alpes ou encore Reine des Alpes.

Au programme donc : observation de la flore montagnarde, flâneries sous les mélèzes, crapahutages dans les pierriers et cascades. Du tout en un avec un dénivelé riquiqui bien apprécié par les plus petits.

 

Info pratiques sur cette randonnée facile

  • Distance : 10 km pour la boucle complète mais on peut la raccourcir à convenance
  • Dénivelé : 250 m maxi
  • Altitude max : 1700m
  • Accessible de mai à octobre selon enneigement
  • Pour s’y rendre : depuis Briançon prendre au sud la direction de Gap (RN 94). À l’Argentière, suivre la direction du centre-ville à droite (D 994E).
  •  Juste après le pont qui enjambe la Durance, tourner à gauche et continuer tout droit jusqu’à passer sous la voie ferrée. Au rond-point qui suit, prendre en face, direction la Vallée du Fournel. Aux intersections suivantes, continuer à suivre les panneaux « Vallée du Fournel ». Rester toujours sur la route principale durant 7 km. Lorsque la route goudronnée cède la place à une piste, continuer sur 500m et se garer au niveau de l’intersection de la Pousterle et de la Salce.

 

Jolie promenade en sous-bois

A l’aller nous longeons le torrent du Fournel, rive droite, en empruntant le GR 541 (balisage blanc-rouge).

Du parking, traversez le torrent par la passerelle et prenez le chemin à droite.

La première partie traverse le bois de la Sapée qui monte tout doucement pour rejoindre la passerelle de Boujurian.

 

torrent du Fournel au niveau de la passerelle de Boujurian

Dans les bois au niveau de la passerelle de Boujurian

 

De là, continuez en rive droite vers le bois Joli qui porte très bien son nom. Vous entrez alors dans la partie étendue de la réserve biologique des Deslioures.

Ces sous-bois regorgent d’une flore magnifique et changeante selon les saisons.

Aperçus :

 

Pervenches printanières en mai dans le sous-bois

Pervenches printanières en mai dans le sous-bois

Parisette à quatre feuilles

Toxique parisette à quatre feuilles dont le fruit est mûre en août

 

Pulsatilles des Alpes

Les pulsatilles des Alpes montrent leur plus bel éclat au printemps

 

Hépatiques nobles

De très belles hépatiques nobles poussant sous les mélèzes

 

Vue sur la vallée du Fournel entre deux passage boisé

Vue sur la vallée du Fournel entre deux passage boisé

 

Découverte de la réserve des Deslioures

Le chemin de notre rando continue à remonter le torrent du Fournel sur la droite.

Vous entrez alors dans la réserve biologique des Deslioures, gérée par l’ONF. Si vous avez la chance de visiter les lieux entre juillet et mi-août,  vous y observerez certainement l’inimitable chardon bleu, dit Reine des Alpes. Mais attention ! On touche avec les yeux : cette plante protégée est aussi magnifique que rare.

 

Réserve des Desliuoures en août

La réserve des Deslioures est la plus grande réserve des Alpes pour la préservation du Chardon bleu

 

Réserve biologique des Deslioures en août

En août c’est la fin de saison et les chardons ont déjà perdu leur belle couleur bleue

 

Panicauts des Alpes, Chardons bleus ou Reines des Alpes

Les derniers chardons encore colorés en cette fin de mois d’août : ils ont poussés à l’ombre d’un bosquet pour notre plus grand plaisir

 

Mélèze torturé

Ulysse très fier sur ce mélèze aussi vieux que biscornu

 

Le sentier quitte la réserve et s’enfonce dans une belle forêt de mélèzes.

On en sort pour traverser plusieurs zones d’éboulis jusqu’au ravin des trois Queyrons qui abrite (parfois) le torrent du même nom.

C’est en général l’endroit où nous choisissons de traverser le torrent à gué : en continuant, le pierrier devient dense et le chemin difficile à suivre.

 

Cairns dans la traversée d'une ravine

Pour traverser les ravines, repérez bien les cairns qui marquent le chemin

 

Avalanches de printemps dans la vallée du Fournel

En mai les avalanches sont encore nombreuses sur les faces nord-nord-ouest

 

Torrent du Fournel en août

Le torrent du Fournel, presque à sec en cette fin de mois d’août

 

Torrent du Fournel en août

Traversée du torrent du Fournel à gué au niveau du ravin des trois Queyrons

 

La rive gauche du torrent du Fournel : balade bucolique entre pâturages et cascades

De l’autre côté, rejoignez le sentier qui longe la rive gauche.

Et là, vous êtes dans ma conception du paradis sur Terre : un agréable faux plat descend gentiment entre les cascades qui ruissellent des falaises à votre gauche et les arbres qui bordent le torrent sur la droite. Les marmottes y abondent. C’est juste magnifique…

 

Rive gauche du torrent du Fournel en mai

Rive gauche en mai…

 

Rive gauche du torrent du Fournel en août

… et le même endroit en août

 

Ane dans la vallée du Fournel

Le seul promeneur que nous ayons croisé en cette fin de mois d’août… avec les marmottes !

 

Cascades de la vallée du Fournel

Les cascades de la rive gauche… visibles essentiellement en début de saison

 

Cascades de la vallée du Fournel

Encore une car on ne s’en lasse pas

 

Après les cascades ont arrive à un parc à mouton, juste en face de l’entrée de la réserve. On a alors le choix de prendre la piste forestière, bordée de noisetiers qui descend, en passant par le hameau de la Salce, jusqu’au parking ; ou alors de traverser la passerelle pour reprendre notre sentier en sous-bois à travers le Bois joli et le bois de la Sapée.

 

L’avis des enfants sur la randonnée dans la vallée du Fournel

Les rando pour Maé, 1 an lors de notre dernière sortie, c’est forcément tranquille, balancée en porte-bébé. Alors oui, elle a adoré !

Pour Ulysse, 10 km à 4 ans c’est un peu long. La première fois avec lui nous avions continué avec la voiture sur la piste en direction de la Salce et nous nous sommes garés tout au bout de la route forestière, directement en face de la réserve des chardons bleus. Ça raccourcit nettement la promenade qui ne fait plus que 4 km aller-retour. La seconde fois il a fait toute la grande boucle, comme un grand. Il faut dire que cette balade n’offrait pas de pentes trop raides auxquelles il est totalement allergique. En plus c’est quand même rigolo d’escalader les rochers, de traverser les torrents, de se mouiller sous les cascades ou d’observer les marmottes. Il n’a pas vu le temps passer.

Pour notre seconde sortie nous étions avec des cousins de 10 ans. Pas de difficulté particulière pour eux sauf la longueur de la rando pour l’une des deux. A vous donc d’évaluer la bonne distance selon l’âge et la condition physique des randonneurs. L’avantage sur ce parcours étant que plusieurs passerelles enjambent le torrent avant la réserve, permettant d’adapter la boucle à chaque niveau.

 

Recommandations sur les randonnées dans la réserve des Deslioures

La traversée de la réserve des Deslioures est bien entendu soumise à réglementation : il est interdit d’y cueillir les plantes, d’y camper, d’y faire du feu. Les chiens doivent également être tenus en laisse sur toute la zone protégée. D’une manière générale, vous serez attentif à ne pas laisser de déchets derrière vous, à ne pas nourrir les animaux sauvages et à préserver l’environnement naturel.

A la fonte des neiges vous pourrez apercevoir de nombreuses avalanches sur les hauteurs de la rive droite. Ne vous approchez en aucun cas du pied des falaises !

 

Alors, que pensez-vous de cette balade en famille dans la vallée du Fournel?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.